Article Paysan Breton: La non-castration, réalité aux Pays-Bas

Fin 2011, 40 % des élevages du groupe Vion étaient déjà concernés par la production de mâles entiers, dans l’optique d’arriver à 100 % en 2015, puisqu’aux Pays-Bas les maillons élevage, abattage et distribution s’étaient accordés sur cette échéance, en 2007. Une longueur d’avance prise par le pays, diront certains. Un important risque pris, diront d’autres. En attendant d’être réglementairement concernée, la France lorgne de très près sur la manière de faire de ses concurrents. Ainsi Lourens Heres, responsable qualité du groupe Vion, en charge de la détection des viandes odorantes en abattoir, et Gé Backus, de l’Université de Wageningen, Pays-Bas, étaient-ils invités à la dernière journée Ifip, sur l’arrêt de la castration en élevage.

Article Paysan Breton: La non-castration, réalité aux Pays-Bas